Témoignages

Vie affective & sexuelle

J'ai tendance à m'être renfermer ou pleurer car la pensée m'est insupportable en tant que célibataire.

Les 4 & 5 janvier 2014, j'ai eu une conversation sur la vie de couple, affective & sexuelle avec mes parents. C'était à mourir & j'ai eu l'impression que mes idées s'évanouissaient au point d'être déboussolé & déçu ! Suis triste… . Leur point de vue pour un partenaire : ils trouvent que je serais d'être heureux avec un partenaire atteint d'un handicap car la mutualité se passera facilement. Initiative défavorable … long chemin à poursuivre !!! Avec un partenaire valide : ils trouvent que cela ne fonctionnerait guère comme je le pense. Ils veulent que je doive être ami avec un valide & éviter d'être en couple. Je me n'y attendais pas à une réflexion frustrante ; je ressentais une anxiété & j'avais envie de les ignorer, de crier. Pourquoi se mêlent-ils à ma vie ? Je garde difficilement mon sang-froid lors d'une conversation sur la sexualité avec eux ! Ils sont embêtants. La terrible dispute avec eux me traumatise l'esprit ! Pourtant, la page m'est tournée ; ils craignent que je mette à nouveau ma vie danger.

Ceci me sera impossible de rencontrer le partenaire « valide idéal » dans la réalité.

J'en ai marre d'attendre ; une mauvaise volonté m'entraîne à une addiction {...} car à force d'imaginer un partenaire idéal, je me n'avance pas dans des objectifs concrets.

En surfant le site d'HAXY, j'ai trouvé des informations qui me sont utiles. J'ai fondé la page Facebook : HANDIGAYS. Vous êtes les bienvenus !

Pour l'affectif : je suis chanceux d'être avec un entourage combiné entre des valides & des handicapés.

Quel est votre point de vue ? Me verriez-vous avec un partenaire « valide » ou « handicapé » ? Imaginons que je vis en couple avec un partenaire « valide » ou « handicapé » : lui & moi se familiariserons dans une mutualité en respectant les limites {…}. Ce serait un gâchis si l'un de nous soit dépendant et/ou profiteur dans le mauvais côté.

J'ai vu des couples où un partenaire est handicapé & l'autre valide. Ils ont leur propre vie (…) ; certains ont des mômes. L'amour a triomphé contre les principes !

En ce XXIième siècle, nous vivons dans une société où les stéréotypes & préjugés sont omniprésents pour un couple où un partenaire est handicapé & l'autre valide. La société le voit très mal & n'accepte guère ! Où en sommes-nous ?

Depuis un temps, je consulte un thérapeute (psychologue – sexologue) pour m'aider à sortir d'une addiction sexuelle nuisant ma vie privée et professionnelle. Ce thérapeute m'a orienté vers des associations où je rencontrerai des gens afin d'y correspondre à ce manque d'une vie affective et sexuelle.

Je réside à Marche-en-Famenne où le genre d'association réunissant des gays n'est guère omniprésent. Je dois déplacer vers d'autres villes car en zone rurale le souhait de rencontrer des hommes évoquant une attirance homo est quasiment très faible.

Vu que je déplace en transports en communs, ceci n'est pas si simple car il faut jongler les horaires d'une activité de l'association, se déroule principalement en soirée, avec ceux des trains/bus. Je pourrai faire appel à la famille ou des amis qui (ne) voudront certainement (pas) venir me chercher à tel lieu.

J'ai eu la chance d'assister à une soirée au Carrefour Homo Estudiantin de Namur (CHEN). Je garde un bon souvenir. Par la suite, je n'ai pas su participer car il y a eu l'arrivée d'un chien d'assistance et je ne suis plus disponible comme avant !

Je souhaiterais savoir s'il y aurait des gens résidant à proximité de Marche et étant dans la même problématique : rencontrer et d'y nouer des liens. De préférence où il y a la facilité d'accès en train/bus. Également, je pourrai assister à une activité organisée par une association.

À la fois, je suis chanceux de côtoyer des personnes étant atteintes d'une déficience (physique, sensorielle, mentale) et d'autres ne l'étant pas atteints.

Ci-dessous, vous lirez mon témoignage relativisant ce manque d'une vie affective et sexuelle. Ce témoignage reste confidentiel. Merci de votre compréhension.

" Comme tout célibataire, je recherche l'âme sœur afin de vivre une vie de couple ! … J'ai une attirance (…) privilégiée vers les hommes.

Quelquefois, j'ai tenté d'être attirer vers les femmes mais ceci ne me tente guère ! | Dans les fantasmes sexuels, il m'arrive que je visualise une/des femme(s) dénudée(s) seule(s) ou avec des hommes en train d'ébattre {…}. L'image d'un/des homme(s) dénudé(s) gagne du terrain à celle d'une /des femme(s) dénudée(s).

Plusieurs fois, j'ai bien essayé d'être attirer vers les femmes mais ceci ne me tente guère ! Recommencer le même scénario me dérangerait et je perdrais du temps… . Un refoulement me serait très péniblement à vivre. Etre homosexuel n'est pas une maladie ; raconter très discrètement car cela peut prendre très laborieusement à l'accepter. L'essentiel est d'être tolérant et respectueux.

J'apprécie les femmes me côtoyant dans un réseau social (boulot/loisirs, famille, amis/connaissances) et je suis à l'aise par rapport aux hommes où il me faut du temps d'être à l'aise. Ceci varie selon les personnes.

Ceci ne m'est pas toujours facile de côtoyer un garçon ayant +/- mon âge et éprouvant les mêmes sentiments (…). J'ai 28 ans.

Une amie a été la première à le savoir que j'éprouve une attirance sexuelle vers les hommes. J'étais serein d'en parler & de faire mon coming out. Quatre garçons savent que j'éprouve une attirance sexuelle vers les hommes. Je craignais le pire qu'ils ne l'acceptent pas ou la prennent difficilement. Ceci s'est passé contrairement de ce que je pensais ! Ça me touche profondément quand un homme sait écouter attentivement et s'exprime naturellement sur tels sujets. (Je côtoie moins d'hommes que de femmes. Une habitude.)

Antérieurement, j'ai commis des dérapages sur le plan sexuel. En bref, j'étais accro aux sites & films gays pornographiques, SMS roses payant et prostitution : rdv avec un prostitué. (Avec cet homme, j'ai eu une relation sexuelle […] ; or, j'avais conscience du danger sur les MST !!! J'avais fais un dépistage et le résultat était négatif ! Ouf, j'étais soulagé !)

J'étais dépendant et ne prêtais aucune conscience du danger qui m'alourdissait ! Mes parents avaient deviné de cette dépendance sexuelle et nous étions en guerre ! Par écrit, je leur témoignais mes mauvais tours et nous avions fini par se réconcilier. Ils étaient sous le choc et digéraient péniblement cette dépendance. La page est tournée pour eux mais ils gardent un abominable souvenir…

Il me fallait beaucoup de temps à s'en remettre même si des envies me tentaient à recommencer !

Les faits se sont déroulés entre 2006 et 2008. Je regrette d'avoir eu ce comportement méprisant ! Ceci m'a fort touché profondément au changement de mon attitude vis-à-vis de mon entourage. Je le digère mal néanmoins je prends une force d'y penser à autre chose ou de consacrer à une occupation : sorties culturelles et/ou entre amis, escapades touristiques….

Maintenant, la page m'est tournée et je consacre à d'autres projets constructifs sur le plan professionnel, des loisirs, amical et familial. Parfois des pulsions me poussent à refaire mais je résiste ! Cela n'est pas si simple et je peux perdre les moyens… en accumulant la dépendance vers sites & films gays pornographiques. Ceci m'est ridicule ! Je regrette très amèrement mon comportement et je crains d'être surveillé !

Dans la vie, la sexualité en fait partie.

Quand j'ai un manque de désir sexuel, j'ai tendance à visionner des films & sites gays érotiques ou pornographiques. J'en ai marre de cette pulsion revenant au hasard !!! Ça m'énerve de ce comportement pareil ; je n'ai pas trouvé/rencontré un compagnon, le fait d'agir me rend obsédé et ridicule ! Or je le sais de ne plus le refaire, ce qui est un de mes défauts. Egalement, je fonce sur un site de rencontre pour voir le profil correspondant à mes attentes. Je reste prudent car je peux à tout moment résilier mon compte. Les sites de rencontres : je méfie car une majorité des personnes veulent à tout prix un désir sexuel !

Ecrire ou papoter me libère de ces pensées nuisibles. Cela me soulage. Il y a des choses auquel j'ai besoin de dire et d'être libéré d'une angoisse très profonde. Une conversation me serait favorable avec un garçon de mon âge. Mon entourage peut m'écouter attentivement. Malgré cela je préfère de ne pas l'ennuyer sur le même sujet et je le respecte !

Un projet d'y rencontrer d'autres hommes dans un/des lieu(x) « gay-friendly » (bars, cafés…) viendra dans les temps à venir. Cela permettra de changer les idées et d'y visionner autrement sur ma vie affective et sexuelle.

Je suis une personne ouverte néanmoins je suis timide et je n'ose guère de déplacer vers un/des lieu(x) « gay-friendly » car je crains qu'on me profite tout de suite (…). Préalablement, je dois être attentif et prudent sur quel type de mec que je rencontrerai à ce moment.

J'essaye de ne pas trop imaginer à une vie affective et sexuelle car je peux perdre mes moyens. J'ai tendance à m'être renfermer ou pleurer car la pensée m'est insupportable en tant que célibataire. "

Commentaire :

17/10/2014 par Franckalex (Notation : Génial)