Témoignages

Je t'aime

Faut-il être soi, être vrai et parler avec le coeur ? Ou bien être faussement soi derrière le paravant des convenances ?

Par le biais d'un forum, j'ai fait la connaissance d'un homme handicapé qui
a joué avec moi comme du reste il fait avec tout le monde. Si dans l'intimité,
il assure au-delà de toute espérance. en société, il n'assume pas ce qu'il
est. En plus d'être un homosexuel honteux, il s'est révélé être un tyran
narcissique qui utilise les autres au mieux de ses intérêts égoïstes pour
arriver à ses fins sans se soucier des dommages qu'il peut causer à autrui.

La raison me commande de l'oublier : il est pourtant là présent au fond de
mon cour à chacun de ses battements.

Nous avions le projet de partager un logement commun pour nous aimer/nous
aider mutuellement de personnes handicapées à personnes handicapées pour
rompre avec la solitude et l'isolement. jusqu'au moment où il a confessé à
son directeur de conscience catholique que j'étais pour lui plus qu'un ami.
L'hypocrisie légendaire de ces bons penseurs moralistes associée à la
lâcheté d'un homme de 37 ans qui n'était qu'un petit enfant immature gâté
par ses parents ont eu raison de notre amour qu'il disait éprouver au fil de
nos conversations téléphoniques quotidiennes, au cours de nos rencontres, à
chacune de nos étreintes, lors de nos baisers profonds.

L'amour l'avait pourtant transformé de l'avis de son entourage qui a préféré
sacrifier l'authenticité de ce que nous vivions sur l'autel des bonnes
moeurs, des apparences, du qu'en-dira-t-on.

La phrase qui m'a flingué mercredi soir, c'est d'entendre ce petit
personnage cynique dont j'avais cru l'épanouissement possible par l'amour,
la générosité et les soins que je lui prodiguais déclarer : « mais Toi c'était
en attendant que je trouve une fille (qui n'est peut-être pas encore née) :
je croyais que tu avais compris » C'était soudain un bilan comptable qu'il
dressait froidement en pertes et profits sans un mot d'amour, ni empathie,
ni compassion à l'égard de celui qu'il disait être l'ami tant attendu qu'il
avait enfin trouvé.

Tout ce bonheur détruit par des gens qui n'auraient jamais dû être conviés
dans notre histoire, la déchéance soudaine de son ami handicapé : meurtri,
trahi, sali, anéanti, enseveli, avili, démoli et pétri de douleurs n'a pas
semblé l'émouvoir.

Les catholiques parlent d'amour à longueur de temps en détruisant la vie des
autres au nom de principes qu'ils n'appliquent pas à eux-mêmes. Pistonné
dans un travail sous couvert d'un contrat aidé de type CAE son ambition avec
son directeur de conscience catholique son prétendu « ami depuis 35 ans »
est de détruire l'emploi de la Directrice des Ressources Humaines pour
prendre sa place en CDI.

Le besoin de l'aimer a dû m'aveugler sur qui il était en vérité.

Comme j'aime aussi faire jouir les filles (les homosexuels sont les
meilleurs amis des femmes) nous avions envisagé de construire un couple à
trois avec une femme handicapée. L'amour est fait pour être partagé pas pour
être consommé égoïstement, en recréant de l'exclusive et de l'exclusion au
dépend d'un tiers, surtout quand de surcroît le handicap vulnérabilise,
fragilise ou stigmatise.

Avoir eu la générosité de son amour détruit est un sentiment lourd de
sanglots.

Je me souviens qu'il disait que je lui donnais beaucoup de plaisir quand il
me suçait alors que je caressais l'intimité moite de ses fesses en doigtant
sa prostate avec application et volupté, de nos deux corps collés par l'émission
mélangée de nos spermes qui inaugurait des étreintes orgasmiques qui se
finissaient dans un JE T'AIME le souffle court, de sa barbe de trois jours
qu'il laissait pousser le weekend, des caresses infinies sur les soies de
nos corps pubères, l'un et l'autre poilus.

Et pourtant il faut vivre ou survivre, vivre seul ou même à deux.

Du côté de la vie, la place est à nouveau libre, homme ou femme, à deux ou à
trois (maximum cinq : groupe d'accompagnement mutuel et solidaire) pour
apporter aux personnes handicapées dont je suis de ne plus connaître la
misère affective dans nos corps et dans nos vies. Je garderais sans amertume
le souvenir douceâtre d'un bonheur partagé qui aurait pu être magnifique s'il
avait été quelqu'un d'autre qu'il n'était en réalité.

Témoigner m'aidera à t'oublier mon amour aimé en partageant avec d'autres le
poids de ma peine : je t'aimais. je t'aime. et pourtant je t'aimerai au
plus profond de mon âme jusqu'à ce que ton souvenir se perde enfin au
tréfonds de ma mémoire.

Eric (40 ans) handicapé physique

Commentaire :

30/07/2009 par Batman224 (Notation : Très bien)

Réponse à la demande de john le 07/07/2008
Je suis handicapé moi-même et sui complètement d'accord avec toi. Moi aussi je cherche une personne ( gay), acceptant d'avoir des relations sexuelles avec mais je n'en trouves pas. Alors, si tu veux bien, je suis d"accord.

12/03/2009 par Calin91 (Notation : Bien)

Que faire ?
Je pense toujours à toi. Je n'arrive pas a oublier ce dimanche 11 septembre où tu es rentré dans mon coeur. Je n'ai pas su accepter le fait que je t'aimais. Je ne sais pas si tu viens sur ce site. Je ne t'oublierais jamais François

07/07/2008 par John (Notation : Passable)

Essayer de comprendre
Je ne comprends pas ,on parle de rencontre avec personne handicapée, je serai heureux de faire connaissance avec un mec handicapé et peut etre voir plus mais croyez moi, par toutes sortes de demandes jamais de réponses ....! y a t il vraiment des handicapés qui cherchent une rencontre je m'interroge ? ils sont certainement pas nombreux .Si ....faites réponses JEAN

23/11/2007 par Amar44 (Notation : Très bien)

Amour ????
Salut, je te cite: "Les catholiques parlent d'amour à longueur de temps en détruisant la vie des autres au nom de principes qu'ils n'appliquent pas à eux-mêmes" Depuis quand les cathos parlent ils d'amour ????? Tu dois confondre là à mon avis, car si mais souvenirs sont bons, les papistes disent "foi, espérance et....Charité !" Et dans CHARITE on devine par là: pitié, ce qui est complétement différent !!! Moi qui ai évangélisé comme protestant, je peux t'assurer que c'est nous qui disons "foi, espérance et Amour" eux tout comme les deux autres grande confession monothéistes sortent le fusil au mot amour. Mdrrrrrrrrr envoi moi ton cher et tendre et je me ferais un plaisir de le déprogrammer^^ Bien à toi

03/11/2007 par Vedette (Notation : Bien)